Ouyahia a été mis à l’écart des centres de décisions, selon le RCD

0
59

Le cafouillage dans la gestion des agréments dans le secteur automobile démontre la mise à l’écart d’Ahmed Ouyahia des centres de décisions, selon le RCD.

« La réponse à la volonté du Premier ministre de restreindre le nombre d’opérateurs dans le domaine automobile à moins de 10 est symptomatique de sa mise à l’écart des centres de décisions », écrit le parti de Mohcine Belabbas dans un communiqué publié ce samedi 3 mars.

« Une quarantaine de marques sont sur le point d’être agréées dans une sorte d’opération de « tawzi3 el arbah » (partage des bénéficies cher à la défunte gestion socialiste des entreprises (GSE)) », ajoute la même source.

Le RCD est également revenu sur les grèves qui bloquent plusieurs secteurs en relevant « l’incapacité manifeste du gouvernement à prendre en compte la multitude des revendications ». « Les mouvements des enseignants, des médecins-résidents ou des retraités de l’Armée ne trouvent comme réponses que des dispositifs policiers et une instrumentalisation éhontée de la justice pour empêcher l’expression pacifique de leurs revendications », dénonce le parti qui rappelle qu’il a « fallu le déclenchement des manifestations des élèves pour que le tête-à-tête entre les syndicats des enseignants et le ministère de tutelle soit rompu par l’intervention de la présidence de la République ».

« Dans cette affaire qui a duré près de deux mois et plus dans d’autres, le Premier ministre s’est muré dans un silence », note-t-il. Pour le RCD, l’intervention « des hautes autorités du pays » pour la suspension de la grève du Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique de l’éducation (Cnapeste) « dénote de la peur des pouvoirs publics et de la fragilité de la paix sociale ».

« La dégradation du climat social et économique nécessite plus que des mesures de replâtrage en attendant la présidentielle de 2019 », prévient le parti.

TSA, 03/03/2018

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY