Le bureau national de la jeunesse libre RCD s’est réuni en session ordinaire le 21/12/2017 à Alger. Il a mis à son ordre du jour l’évaluation des questions socio-politiques et universitaires qui marquent l’actualité nationale. Il a aussi instruit les jeunes militants du parti pour s’impliquer avec enthousiasme dans la préparation du 5ème congrès du Rassemblement.

A l’ouverture des travaux,  le bureau national a félicité tous les nouveaux élus du parti issus des dernières élections locales dont la majorité est constituée de jeunes, à leur tête M. Soufiane Oumlal, maire d’Afir dans la wilaya de Boumerdes, qui est aussi le plus jeune maire d’Algérie. A cette occasion, le BN salue  tous les jeunes militants du parti qui se sont mobilisés pendant la campagne et  jusqu’à la fin de l’opération électorale.

Abordant les derniers évènements autour de la langue Tamazight, le Bureau national de la jeunesse libre RCD est plus  que  jamais convaincu que  l’officialisation effective de notre langue ancestrale  ne peut être différée sans risque sur la cohésion nationale.  Une loi organique qui généralise son enseignement  sur tout le territoire national et sa peine  intégration dans toute la vie sociale et politique du pays est une urgence.

Il en est de même pour la mise en place de l’académie de Tamazight, inscrite aussi dans la constitution 2016. Les louvoiements  enregistrés pour son installation  démontrent, à eux seuls, l’absence d’une volonté politique  pour concrétiser un article (article 4) arraché de haute lutte dans la constitution et qui consacre enfin Tamazight comme langue nationale et officielle.

Au plan social, le Bureau national considère que le taux de chômage de  11.7 annoncé par l’ONS  ne reflète pas une  réalité amère sur le terrain. L’interdiction des recrutements dans la fonction publique et le ralentissement économique ont jetés de larges couches de la population dans la détresse et un chômage de longue durée, en particulier pour les jeunes. La reconduction de la même politique dans la loi de finances 2018 qui vient  d’être adoptée par la majorité présidentielle ne peut qu’assombrir l’avenir. Le dernier rapport de l’ONU sur la situation en Algérie prévoit que la croissance économique doit fléchir en 2018 (2,6%) pour baisser à 2,2% en 2019 avec une accélération de l’inflation.

En ce qui concerne l’université, Le bureau national enregistre une forte  multiplication  des mouvements de protestation des étudiants contre la dégradation des conditions socio-pédagogiques dans les différentes résidences et campus universitaires, et cela  sans aucune réaction du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La dernière grève des étudiants de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) en est la preuve s’il en faut. La Jeunesse Libre RCD  dénonce cette attitude de la tutelle qui risque d’envenimer davantage la situation. L’ouverture du dialogue avec les représentants des étudiants de STAPS  pourra éviter le scénario d’une année blanche qui s’annonce déjà à l’horizon.

Enfin le Bureau national appelle les jeunes militants à se mobiliser pour la réussite du congrès du Rassemblement prévu pour les 09 et 10 février 2018, à Alger.

 

                                                                                                Alger, 23/12/2017

 JLRCD