Le bureau national de la jeunesse libre RCD s’est réuni en session ordinaire le vendredi 07 juillet 2017, à Alger. Il a inscrit à son ordre du jour l’évaluation de la situation organique,  la préparation des prochaines activités de l’organisation à la lumière de la situation sociopolitique de la jeunesse et du pays.

Au plan général, le bureau national a salué d’abord la disponibilité et la mobilisation des jeunes militants du parti lors des nombreuses sorties  effectuées par le coordinateur national  durant les soirées de Ramadan  au mois de juin passé au niveau de différentes régions du pays.

Par la suite, le chargé à l’organique a présenté un programme pour une campagne de structuration de nouvelles wilayas ; il s’agit de Blida, Médéa, Tlemcen, Sidi Bélabbés, El Bayedh, Saida, Ain Timouchent et Mascara.

Dans ce sillage, le bureau national, après concertation avec les coordinateurs régionaux, a arrêté les dates du 14, 15 et 16 septembre pour tenir le campus des jeunes militants du parti. Cet événement qui regroupera  autour de 500 participants des différentes wilayas du pays aura lieu à Souk El Tenine (Béjaia). Le BN a donné des orientations pour commencer les inscriptions et le payement des frais de participations au niveau des bureaux régionaux.

S’agissant de la situation de la jeunesse,  le bureau national constate que le plan du gouvernement  Tebboune, avalisé par une Assemblée aux ordres, est un chèque à blanc pour la poursuite de la même politique.  Signe des temps, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a échoué dans le règlement des  problèmes pédagogiques et qui a érigé la fuite en avant devant  la violence au niveau des campus et des résidences universitaires est confirmé dans son poste.  Dans ce programme du gouvernement, le chômage de masse des jeunes ne trouve ni traitement économique ni traitement social.  En effet, à la place d’une relance économique créatrice d’emplois, le pouvoir privilégie les coupes dans l’investissement public. Dans le même temps les jeunes qui sortent de formation ne bénéficient d’aucun dispositif d’accompagnement.

Enfin, en ce 05 juillet, symbole de  l’indépendance nationale et de la fête de jeunesse, le BN s’incline avant tout devant la mémoire des Algériennes et des Algériens qui ont donné leur vie pour que le pays sorte de la longue nuit coloniale. Pour la jeunesse libre RCD, ces sacrifices nous dictent de nous mobiliser pour parachever cette libération par la construction d’un pays prospère doté d’un Etat fondé sur la démocratie et la solidarité. Le système politique qui a usurpé les luttes de nos ainés et volé les rêves de la jeunesse ne peut perdurer devant le rejet maintes fois renouvelé par notre peuple.

                                                                                                                          Alger,08/07/2017

    La JLRCD