Le limogeage  du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Messaoud Bengaoun révèle “un dysfonctionnement grave” au sommet de l’État, a estimé ce vendredi le RCD.

“L’affaire Benagoune est révélatrice, une fois de plus, d’un dysfonctionnement grave au plus haut sommet de l’État”, affirme le RCD dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du secrétariat national du parti.

Selon le RCD, “le silence observé par le Premier ministre accrédite la thèse que ce dernier est déjà prisonnier de luttes d’intérêts opaques”. “C’est donc un gouvernement affaibli et qui hérite d’un bilan économique et social catastrophique qui doit affronter une crise multiforme. De plus, l’annulation de nombreux projets de développement ou d’infrastructures comme les hôpitaux ou les établissements de formation conjuguée au gel des salaires, l’inflation et une dévaluation importante de la monnaie nationale annihilent toute chance d’une période de grâce”, prédit le parti de Mohcine Bellabes.

Évoquant les conflits sociaux, le RCD met en garde contre la marginalisation des syndicats autonomes et appelle à une large concertation. “La conduite d’une politique de redressement national implique le dialogue le plus large avec les représentants de ces catégories sociales à commencer par les syndicats autonomes”, plaide le RCD assurant de “sa solidarité l’ensemble de ces forces vives” et met en garde contre la “poursuite de la politique de marginalisation”.

Par ailleurs, tout en saluant la mobilisation dans le Rif marocain, pour « la liberté, la dignité et la justice sociale », le RCD condamne la “répression opposée à ces revendications citoyennes légitimes” et appelle à la “prise de mesures d’apaisement et au dialogue”. “Dans notre région et, notamment en Algérie et au Maroc, l’obstacle au développement est le maintien de pouvoirs autocrates par l’exclusion des citoyens de la gestion des affaires de la cité et la promotion de la politique de division en tant que méthode de gouvernance à tous les niveaux. Cette politique qui s’appuie sur la terreur ne peut qu’engendrer le chaos”, conclut le communiqué.

Ryad Hamadi

Source: TSA 3 JUIN 2017