Le RCD a mis en garde, ce samedi 11 mars, « contre les tentations d’un modelage autoritaire du champ politique ». « Une telle opération, si elle venait à se produire, ne peut qu’approfondir la crise de confiance et de légitimité qui plombe l’action de l’État », écrit le RCD dans un communiqué qui a sanctionné la réunion mensuelle de son secrétariat national tenue vendredi à Alger.

Cette mise en garde intervient dans le sillage des difficultés et des entraves rencontrées par le parti lors de la collecte des signatures et la facilité avec laquelle certains partis, de création récente, ont pu satisfaire aux exigences des parrainages. «Au sujet du recueil des parrainages aux élections législatives, le parti a engagé l’opération sur 25 wilayas où les structures ont pris l’engagement de se déployer pour recueillir les signatures requises. Devant l’argent sale et les entraves administratives comme l’exigence de l’utilisation d’un logiciel sans moyens ni formation, nombre de nos listes ont été rejetées sans possibilité de recours ou n’ont pu être déposées », déplore-t-il.

Par ailleurs, le RCD relève que « l’apathie du gouvernement est symptomatique de la volonté de maintenir un statu quo aussi vain que dangereux ». « La récente tripartite dont, encore une fois, les syndicats autonomes sont exclus, s’apparente à une provocation. Ni le chômage galopant ni la hausse vertigineuse des prix des produits de base n’ont fait l’objet d’une quelconque communication, encore moins de mesures. Dans tous les domaines d’activité, rien ne semble faire décider le gouvernement à agir. C’est le cas aussi devant le pourrissement qui s’installe dans de nombreux secteurs de l’université et qui peut conduire, y compris, à l’irréparable », met-il en garde.

Ryad Hamadi

Source :TSA Algérie, 12/03/2017.