Le RCD préconise la dissolution des daïras, considérées comme budgétivores. «Au plan de l’organisation administrative, il s’agit de dissoudre les Daïras inutilement budgétivores en transférant leur personnel et les budgets correspondants au profit des communes qui sont dépourvues en employés qualifiés », écrit le RCD dans son programme électoral.

« Tous les élus locaux savent que ces entités au nombre de 548 sont le palier par excellence qui empêche toute intercommunalité au profit d’un contrôle policier de l’action des élus », estime le RCD.

Pour avoir déjà éprouvé la gestion de nombreuses communes, le RCD plaide pour le renforcement des prérogatives des maires : « restituer aux communes le contrôle de la conception et de la réalisation de tous les projets à caractère local quel que soit leur montant », «redonner un pouvoir fiscal réel aux entités régionales et mettre en place un mécanisme transparent de redistribution des rentrées fiscales entre les divers échelons des collectivités »…

Dans le même contexte, le RCD plaide pour une redéfinition des missions de l’État au niveau local. Dans cette perspective, le RCD préconise un « système institutionnel qui s’appuie, désormais, sur celui de la territorialité où la région sera conçue aussi bien comme espace d’expression de la démocratie locale que comme pôle de développement et de rayonnement économique et socioculturel ».

Ryad Hamadi

Source: TSA Algérie, 22/02/2017