C’est lors de la session ordinaire du Conseil national de son parti, que le président du RCD, Mohcine Belabbas, a dressé à nouveau un tableau noir de la gestion chaotique du pouvoir en place. Dans son discours d’ouverture en cette session, Mohcine Belabbas a fustigé le pouvoir en place tout en s’appuyant sur des arguments.

« La crise que traverse notre pays ne cesse de s’amplifier. Elle est porteuse de désordre et d’anarchie. Elle fait peser une lourde menace sur notre vivre ensemble jusqu’à notre souveraineté. La gravité de la situation économique doit nous inquiéter au plus haut point. Tous les clignotants sont au rouge. » a déclaré devant ses militants membres du Conseil national, et qui a coïncidé avec le 28 ème anniversaire du RCD.

Des violations des droits de l’Homme aux violences politiques, en arrivant à la haute instance de surveillance des élections, Mohcine Belabbas n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger le pouvoir en place.

«Des activistes politiques et autres blogueurs sont interpellés et jetés en prison pour de simples publications sur les réseaux sociaux. Les violences politiques, les pressions et le chantage à l’encontre des citoyens sont quotidiens. Le nombre de détenus sans cesse croissant pour délit d’opinion ou pour une simple appartenance à un courant politique plonge le pays dans l’arbitraire et la peur», a développé Mohcine Belabbas.

Pour le président du RCD, le président de la haute instance de surveillance des élections a été de surcroît installé en violation de la loi…. « La précipitation de l’annonce de la rémunération des membres de cette « instance de surveillance » qui pour l’essentiel se recrutent dans la clientèle du régime est de ce point de vue édifiante sur la voracité des hommes du système y compris en période de crise aigüe et d’austérité imposée aux citoyens. » poursuit Mohcine Belabbas dans son discours d’ouverture lors de cette réunion.

Questionné en marge de cette réunion, sur l’éventualité de la candidature du premier ministre Abdelmalek Sellal, dont les rumeurs annoncent qu’il pilotera la liste FLN à Alger, le président du RCD a révélé par ailleurs n’avoir aucune information à ce sujet, comme il a déclaré « qu’il y a des conflits importants au sein du pouvoir en ce qui concerne les élections présidentielles de 2019… Tout le monde sait que nous sommes dans un pays où personne ne peut deviner celui qui sera élu en 2019 et dans quelle situation sera le Président actuel, s’il va se représenter ou pas».

Concernant le sujet du programme de campagne électorale, le président du RCD a déclaré que « Le RCD fera une campagne électorale sur un programme et des propositions claires, assumées et réalisables.». C’est ainsi qu’il a expliqué que son parti va offrir aux algériens des solutions et non pas des promesses électorales.

A la fin des travaux de cette 14 ème session du Conseil national, Mohcine Belabbas a rendu un hommage à l’ensemble des militants du RCD qui n’ont jamais cessé d’occuper le terrain, à chaque occasion, surtout depuis l’année 2014. Il cite notamment les activités réussies de la Jeunesse Libre et des Femmes Démocrates, deux structures mises en place par le RCD et qui se sont impliquées dans la réussite de transmettre le discours et programme de son parti en impliquant le maximum de militants.

Enfin, Mohcine Belabbas a réaffirmé que son parti n’a reçu aucune suite, à ce jour, concernant la demande du RCD déposée pour la tenue de son 5 ème congrès et que, ni le ministère de la jeunesse, ni la direction de la coupole n’ont donné suite à cette demande déposée mois de décembre, alors qu’il s’agit du ressort du Ministère de l’intérieur.

 

Kenza MEROUANI

Source: La voix d’Algérie; 11/02/2017