L’Exécutif national des femmes démocrates du RCD (FD-RCD) a accusé, ce dimanche dans un communiqué rendu public, le pouvoir d’être tenté par le recours à provoquer l’émeute, car redoutant le combat pacifique.

« Tout compte fait, le pouvoir algérien n’a peur que de la contestation pacifique. Il semble bien que la tentation de provoquer l’émeute est sur le point de supplanter l’interdiction ou la répression des manifestations populaires pacifiques », note cette nouvelle structure du parti dans une allusion aux émeutes qui ont secoué particulièrement Bejaia, début janvier.

Selon les femmes démocrates du RCD, « le climat d’émeute entretenu par les injustices et une politique anti-sociale, voire anti-nationale par certaines décisions qui découragent l’investissement et l’effort et favorisent la fuite des capitaux et la corruption témoignent d’une gouvernance qui mise sur les peurs, faute de ne plus pouvoir mobiliser les énergies dans un projet national rénovateur ».

« De ce point de vue, les espaces publics livrés à la délinquance et à une misogynie étouffante ne sont pas des erreurs de casting ; ils participent à freiner et polluer les luttes et revendications démocratiques », estiment-t-elles. Tout en considérant que « rien ne peut se faire sans la mobilisation des citoyens pour défendre leurs droits », cette structure exhorte les femmes à « s’impliquer » dans les élections et les campagnes électorales de l’année 2017 pour la « prise en charge de leurs revendications ».

Riyad Hamadi

TSA Algérie, 15 janvier 2017