Communiqué du Secrétariat national du 30 juillet 2016

571

Le Secrétariat national du RCD s’est réuni à Alger en session mensuelle le 29 juillet 2016.Il a évalué les activités de ses membres et a examiné la situation générale du pays.

Le secrétariatnational constate que la restrictiondramatique des rentrées financières du pays n’a pas suscité le choc attendu pour engager les réformes structurelles qui s’imposent afin d’envisager un débat prenant acte de l’inéluctable fin de la gestion rentière. Le gouvernement s’occupe à faire supporter l’austérité aux larges couches de la population et ne s’embarrasse d’aucun scrupule pour annuler des projets socio-économiques programmés.L’absence de cap et l’incohérence des quelques mesures annoncées (baisse des importations, dévaluation, emprunt obligataire, gel des recrutements, hésitations sur les retraites…) obscurcissent encore plus une visibilité déjà malmenée par les interventions autoritaires récurrentes dans la sphère économique. Dans ce même registre,l’impunité, voire la protection, dont bénéficient les auteurs de corruption et de détournements faramineux de l’argent public frappe de suspicion l’ensemble de l’exécutif.

Au plan politique, l’offensive contre les quelques espaces de liberté, encore épargnés par près d’une vingtaine d’années de régression, prépare un nouveau viol de la souveraineté du peuple et vise à entériner, encore une fois, une successiondécidée dans et par un système clanique.

Le RCD a alerté, à maintes reprises sur les dangers que fait peser sur le paysune politique qui consiste à prioriser la survie du régime au détriment de l’amorce d’une transition qui consacre les libertés et l’indépendance de la justice et donne la parole au peuple algérien pour doter l’Etat d’institutions légitimes et crédibles.Au lieu de prendre acte des limites des stratégies des passages en force, le pouvoir s’enfonce dans la production de lois anticonstitutionnelles sur lesquelles aucune des formations siégeant au parlement n’a estimé devoir saisir le Conseil constitutionnel.

Le RCD neménage aucun effort pour réunir le plus grand nombre d’acteurs politiques, syndicaux et de la société civile afin d’imposer un rapport de force qui enclenche une dynamique alternative à une crise politique qui menace les fondements de la nation.

Le Secrétariat national du Rassemblement estime que la disponibilité affichée des partis de l’opposition, regroupés dans l’Instance de coordination et de suivi de l’opposition (ICSO), pour débattre et rechercher des voies consensuelles de sortie du statuquo actuel est un acquis du peuple algérien qu’il est important de consolider.

Enfin, la concertation qui s’est dégagée lorsde la réunion du 27 juillet dernier en vue de définir une action commune à la rentrée sociale contribue à donner un contenu concret à une demande de changement attendu par l’immense majorité de notre peuple. Ce consensus dénote qu’un projet pacifique à même de dépasser la violence et au chaos programmés est encore possible et appelle chacunà davantage d’engagements et de vigilance.

 

Alger, le 30 juillet 2016

Le RCD