Mesdames et messieurs bonjour,

Permettez-moi d’abord de vous adresser les salutations du président du RCD et de l’ensemble des membres de la direction nationale à l’occasion de la tenue de votre regroupement des jeunes de l’Est du pays, ici à Arris, wilaya de Batna. Vous êtes venus de différentes wilayas de l’Est pour prendre part à cette rencontre par vos propres moyens. Vous devez savoir que  rares sont les autres formations politiques dont les militants puisent de leurs propres ressources pour se former, participer à l’animation de leurs activités politiques et s’engager pour ses convictions. Je dis cela non pour simplement souligner  les sacrifices que vous faites mais pour dire que vous faites honneur aux fondateurs du parti en perpétuant une tradition.  Vous savez bien que ceux qui sont à la base de la création du RCD ont subi la répression et pour certains les prisons du parti unique. Je salue donc votre disponibilité et votre engagement.

Le regroupement d’aujourd’hui dans cette région, qui a tant donné et souffert durant la guerre de libération  intervient dans une conjoncture d’incertitudes et de grands malaises, notamment dans les rangs de la jeunesse et des couches fragiles de la population. Il n’est pas vrai de dire que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique quand  la politique du pouvoir jette des pans  entiers dans la précarité et  l’exclusion. Avec une école qui endoctrine au lieu de former, une quasi tolérance des réseaux de drogue, un pré emploi dévalorisant, le pouvoir fait tout pour empêcher la jeunesse  de s’impliquer dans la construction et le devenir du pays.   Malgré cela, les grèves et les protestions dans les universités pour revendiquer une meilleure prise en charge et un enseignement de qualité, le mouvement des chômeurs  du sud et plus prés de nous l’exemple des enseignants vacataires qui marchent sur Alger sont des signes à la fois de résistance et d’une volonté d’insertion dans la société. C’est particulièrement le sens  du mouvement des enseignant vacataires qui en revendiquant des emplois décents proclament à la face du pouvoir leur refus de rester en marge et leur détermination à vivre dans la dignité dans leur pays. Ce mouvement d’avant-garde signe l’engagement et l’action d’une jeunesse qui ne veut plus continuer à subir l’arbitraire d’un pouvoir illégitime et dangereux pour la stabilité de la nation.

Les inquiétudes de notre jeunesse sont  légitimes. Ils savent mieux quiconque que  l’ascenseur social dans notre pays est tombé en panne depuis des années.

 

Sur un autre plan, vous savez tous que le pouvoir a plongé le pays dans une crise économique qui risque de déboucher sur des coupes importantes dans les dépenses  des secteurs de l’éducation, la formation, la santé et les projets d’investissements créateurs d’emplois.  Le pays se retrouve  suspendu aux cours du pétrole dont tous les indicateurs prédisent au meilleur des cas une stagnation.  Ce tableau de bord de commandes au rouge touche et touchera en premier lieu les travailleurs et leurs familles, les chômeurs et bien évidement la jeunesse.

Aujourd’hui le pouvoir se retrouve dans une situation où il ne peut plus acheter la paix sociale. Le risque est non seulement l’appauvrissement de larges couches de la population mais aussi l’émergence de situations de troubles qui peuvent générer des désordres incontrôlables. Il est urgent pour les forces patriotiques de montrer qu’une autre alternative est possible devant un pouvoir qui a usurpé la volonté du peuple par l’institutionnalisation de la fraude électorale et la répression. C’est le sens de notre action.

L’impasse à laquelle nous a conduit le système est globale. Elle touche tous les niveaux. Mais le salut est possible. Il passe par l’organisation, l’engagement et  l’action.

Chers amis (es),

Le Président du parti, M.Mohcine Belabbas, avait déclaré lors du regroupement des jeunes en octobre 2014 à Bejaia que « l’Algérie a plus que jamais besoin de renouveau. Renouveau dans les idées, renouveau des institutions, renouveau de la gouvernance et renouveau des élites ». Vous êtes les élites d’aujourd’hui et vous devez prendre votre destin en main pour arracher le changement.

Durant la révolution, c’est des jeunes patriotes de votre âge qui ont affronté la puissance coloniale pour arracher l’indépendance du pays pour assurer liberté et dignité aux Algériens. Cette jeunesse révolutionnaire qui a déclenché la guerre de libération n’est pas tombée du ciel. Elle est le résultat de luttes pour des revendications partielles, d’échecs, de leçons tirées et de détermination.

De même, en en 1980, c’est aussi des jeunes conduits par Saïd Sadi, l’ex-président du RCD, qui ont brisé la terreur du parti unique. Avril 80 dans son aspect de contestation d’un ordre totalitaire établi  a essaimé partout pour permettre plus tard  d’arracher des espaces publics que nous utilisons aujourd’hui pour faire revivre l’espoir. Vous êtes de la trempe de ces deux générations et vous êtes l’espoir de ce pays et votre disponibilité et votre engagement, dans ces moments difficiles, pèsera pour venir à bout d’un ordre politique obsolète et qui est devenu une menace pour la Nation.

Chers amis (es),

La Jeunesse Libre du RCD est une organisation que nous envient tous les acteurs politiques et qui suscite l’intérêt de nombreux observateurs et organisations. Vous savez tous que votre organisation  est le fruit de l’engagement, de l’assiduité dans le travail et d’une présence constante sur le terrain. Votre président et les membres de son exécutif sont l’exemple de cette jeunesse qui lutte et qui aspire à une Algérie prospère où la démocratie, la justice et l’épanouissement de chacun  ne soit plus une vue d’esprit.

Je suis souvent les résolutions des conseils nationaux de l’aile jeunesse du RCD et les communiqués de leurs secrétariats nationaux. Il n’y a pas une question qui taraude l’avenir des jeunes et les difficultés qu’ils rencontrent qui n’a pas été abordée. Saïd Sadi a éclairé notre génération et disait : « A chaque génération, sa mission ; à chaque époque, ses exigences ». Vous faites un travail remarquable et c’est à vous de prendre le relais.

Ce regroupement qui, sans doute, vous permettra de débattre, d’échanger les idées et d’engager une réflexion profonde autour des questions liées à la jeunesse va certainement permettre une meilleure sensibilisation et engagement des jeunes algériens autour des perspectives à tracer  et des défis qui les attendent.

Je vous remercie de votre attention et déclare ouverts les travaux du regroupement des jeunes du RCD des wilayas de l’Est du pays.

Je souhaite un franc succès à vos travaux.

 

Atmane Mazouz

Secrétaire national à la communication

Aris, Batna, le 01/04/2016