LE RCD RÉAGIT À LA DÉCLARATION DU GÉNÉRAL TOUFIK

Atmane Mazouz : “On ne découvre pas l’injustice après avoir laissé faire”

La sortie médiatique, vendredi, du général Toufik, a suscité la réaction du RCD. Le secrétaire national du parti chargé de la communication, Atmane Mazouz, a, dans une déclaration à Liberté, noté que “l’intrusion médiatique forcée du général Toufik qui s’en remet en avocat à l’opinion publique ne fait plus mystère sur la guerre des clans qui fait rage et qu’on se livre au sommet de l’État. Le choix du moment de sa sortie est plus important à décrypter que le contenu de sa déclaration. Voilà bien une première après l’éjection de l’homme qui fait et défait tout dans un pays dont on a abusé en toute impunité en le livrant à l’injustice, la prédation, la corruption et la fraude. Le RCD n’a pas attendu des injustices de plus pour s’indigner d’une justice soumise et aux ordres et être aux côtés de ceux qui les subissent”, ajoutant qu’“on ne découvre pas l’injustice après avoir longtemps laissé faire. La missive obligée du général Toufik met à nu tout un système qu’il a longtemps incarné. S’il découvre, enfin, qu’une injustice est commise alors que l’arbitraire a prospéré sous son règne, sous ses ordres, ses protégés et ses présidents désignés, on ne peut que considérer qu’enfin, la vérité finit toujours par triompher.
Je ne peux juger de la culpabilité ou du jugement rendu dans l’affaire du personnage qu’il défend, mais sa déclaration a le mérite d’éclairer un peu plus sur le drame algérien et les responsables de la faillite de tout un pays. Dans sa déclaration, Toufik, dépouillé de son pouvoir, a dû mesurer toute l’étendue de la tyrannie abusive et arbitraire de sa police politique et de ses décisions complices qui ont ruiné le destin de toute une nation”. Le responsable du RCD conclut que “s’il s’agit de condamner des injustices, de dénoncer l’instrumentalisation de la justice, de s’opposer à l’intrusion du commandement militaire dans la sphère politique ou de la tribalisation d’un pouvoir, le RCD a longtemps fait savoir ses positions et payé cher son engagement. Toufik n’a pas à être consterné seulement par le sort d’une personne mais par celui de toute une nation qu’il a privé de liberté, de justice et de démocratie.”
R. N.

Source: Liberté