Mesdames et messieurs bonjour,

Permettez-moi d’abord de saluer votre engagement remarquable pour la réussite de cet événement. La mobilisation de plus de 1000 jeunes militants à jour de leurs cotisations, venus de différentes wilayas du pays, est le fruit de votre travail à tous.

Chers amis

Les assises nationales des jeunes du RCD interviennent à la veille de la célébration du 19 mai, journée nationale de l’étudiant. Une date historique qui marque l’entrée des étudiants dans l’action révolutionnaire pour la libération de notre pays de la longue nuit coloniale. Faudra-t-il rappeler aussi une autre date anniversaire qu’est le 08 mai 1945. Ces douloureux événements où alors que la France coloniale fêtait sa victoire contre le nazisme, une répression sauvage qui a viré au massacre des populations désarmées a été opposée aux manifestations de Sétif, Kherrata, Guelma.

Aujourd’hui l’Algérie se débat dans une crise politique qui s’éternise. Si le mal originel trouve son explication dans le détournement de la volonté populaire, la crise s’aggrave à cause de l’entêtement de la vielle garde du régime à s’agripper au pouvoir et à refuser l’alternance y compris au profit des cadres de leur propre famille politique. Deux générations ont déjà été sacrifiées. Depuis des dizaines d’années qu’on nous sert les mêmes slogans sur les jeunes sans que des perspectives ne leur soient ouvertes, pire on n’arrête pas de leur assombrir l’avenir.

Le dépassement de la crise passe nécessairement par l’alternance au pouvoir et l’abandon des vieilles recettes de recyclage des décideurs qui ne renoncent pas à essayer encore et encore à s’imposer par la répression, la corruption et les fraudes électorales. Aujourd’hui encore, ils veulent réviser la constitution juste pour introduire d’autres mécanismes qui leur permettent de maintenir le système en place comme ils l’ont fait une fois de plus lors de l’amendement de 2008. Cela se reflète également à travers le dernier remaniement du gouvernement dans lequel l’âge moyen des ministres a augmenté et le nombre de femmes ministres est réduit. Un des scénarios sur lesquels ils travaillent est celui de retirer l’actuel président du RND de la présidence du sénat pour lui substituer l’actuel premier ministre à l’occasion du renouvellement du tiers des membres du conseil de la nation. Encore une fois des reclassements et de l’alternance entre les mêmes responsables sans que quiconque parmi eux ne pensent qu’il est temps de laisser la place à la nouvelle génération. Les premiers dirigeants des plus importantes institutions de l’Etat sont tous des personnes âgées : 78 ans pour le chef de l’Etat, 74 ans pour le président du conseil de la nation, 74 ans pour le président de l’assemblée populaire nationale, 75 ans pour le vice-ministre de défense. Cela se produit dans un pays où plus de 70 % de sa population sont des jeunes.

Sur les dossiers de corruption, nous assistons encore une fois à des parodies de procès où les verdicts à annoncer sont déjà arrêtés dans des deals qui sauvegardent les intérêts des différents bénéficiaires au détriment comme toujours des intérêts de l’Etat. Cette opération d’instrumentalisation éhontée de la justice démontre à elle seule le mépris du pouvoir envers son peuple.

Chers amis

Au RCD, nous savons depuis longtemps qu’une jeunesse éduquée, engagée, enthousiaste, reconnue et respectée, c’est le remède contre la violence, les déviations, le mal-être et nombre de maux de notre société. En 1980 et en 1988 c’est la jeunesse qui a affronté la répression pour réclamer les libertés démocratiques et le rétablissement des fondements identitaires de notre peuple.  Le pouvoir le sait, seule la jeunesse est révolutionnaire, c’est pour cela qu’il s’est attaché de tout temps à diviser, stigmatiser, manipuler, corrompre ou réprimer les tentations d’autonomisation des jeunes.

Au sein de notre Rassemblement, nous avons toujours œuvré à multiplier les espaces pour permettre à nos jeunes de prendre la parole, de débattre, de se former, d’innover, de réaliser leur propre projet de vie et de se regrouper autour d’un projet politique d’avenir.

C’est cet objectif que se fixe le cadre que vous vous apprêtez à mettre en place aujourd’hui. Nous devons travailler à rassembler, unir, fédérer les énergies et innover pour peser sur le devenir du pays. Nous ne détenons aucune vérité. Nous croyons au débat et à l’échange entre tous les algériens dans le respect des différences.

Chers amis

Devant les périls qui pèsent sur le devenir du pays, notre parti s’est engagé dans un regroupement de partis de l’opposition pour proposer une alternative démocratique au peuple algérien. Il est impératif que des franges aussi dynamiques de la société que la jeunesse et les femmes s’impliquent dans cette œuvre de la nécessaire rénovation de notre société. Pour nous la transition pacifique et démocratique implique la levée des obstacles dans l’exercice des libertés d’expression et d’organisation. Cela signifie que la seule source de pouvoir est le peuple, il y a lieu pour notre jeunesse de s’impliquer pour changer le cours des choses et construire un avenir où les horizons ne soient pas bouchés.

Un avenir où les jeunes ne sont pas obligés de fuir leur pays par tous les moyens y compris par la harga en se jetant à la mer au risque de leur vie.

Un avenir qui réconcilie la jeunesse avec l’esprit de tolérance, l’effort, la soif du savoir et la fierté de son identité et de son histoire pour prendre sa place dans un monde de compétition de plus en plus globalisé.

Oui, il y a possibilité de nouer un contrat de confiance avec et entre tous les citoyens algériens. Les priorités de la jeunesse sont l’accès au savoir, l’emploi, le logement et l’accès aux centres de décisions pour que l’avenir de l’Algérie soit déterminé par les jeunes d’aujourd’hui.

Je terminerai par vous dire que pour moi les jeunes ne sont pas uniquement l’avenir. Je préfère vous dire que les jeunes sont le présent qui construit l’avenir des nations.

Je souhaite plein succès à vos assises

Gloire à tous les martyrs du devoir

Vive la jeunesse du RCD

Vive la jeunesse algérienne libre et démocratique

 Alger, le 15 mai 2015

Mohcine Belabbas

Président du RCD