Université d’été du RCD :un autre jalon pour la transition démocratique

27
Le RCD  a organisé l’université d’été des jeunes du Rassemblement les 17 et 18 octobre 2014 à Souk  Letnine dans la wilaya de Bejaia. Cet événement politique et organique a regroupé plus de 600 jeunes venus des différentes wilaya du pays pour débattre des préoccupations de la jeunesse, à la lumière de la situation politique, et ouvrir des pistes de réflexion et d’organisation pour peser sur le devenir de notre pays.
A cet effet, lors de son allocution d’ouverture des travaux de ce rendez-vous, le président du parti a mis l’accent sur l’impasse politique et institutionnelle actuelle, conséquence de l’autoritarisme et l’autisme d’un régime qui s’est imposé au lendemain de l’indépendance.  Il a insisté sur les dangers inédits de la vacance avérée du pouvoir ; l’assaut  des éléments des unités républicaines de sureté (URS) qui ont encerclé et assiégé le siège de la présidence de la république, à deux reprises, sans susciter de  réactions de la part de  la garde républicaine est un précédent aux conséquences imprévisibles.  Dans cette optique, le Président du RCD a réaffirmé l’attachement du parti aux valeurs républicaines, au respect de la légalité constitutionnelle et à l’engagement du rassemblement à la poursuite du combat pour la mobilisation en faveur de l’avènement d’une transition démocratique, synonyme de la souveraineté du peuple algérien.
Aux plans économique et social, Mohcine Bellabes a relevé que les prévisions de croissance annoncées par le gouvernement  sont démenties par la dégradation de l’environnement économique et les mises en garde sévères de la Banque Mondiale et du FMI. Les 7% d’augmentation du PIB  avancés par le Premier Ministre relèvent plus du gag habituel de Abdelmalek Sellal. Par contre les manipulations de la valeur du dinar et le diktat de  l’économie informelle  laminent de larges couches de notre population. Saisissant l’occasion de ce regroupement, le Président du Rassemblement a invité les participants à engager la discussion sur la situation socio-économique du pays.
Placés sous le signe « la jeunesse engagée pour la transition démocratique », cette université  a été  ouverte sur l’état des droits de l’homme et des libertés dans le pays. Dans ce chapitre, Maîtres DEBOUZ Salah, Président de la LADDH et SADAT Fetta, universitaire et  Secrétaire nationale du RCD ont mis en exergue les violations récurrentes de la constitution, des lois et des conventions internationales ratifiées par l’Algérie. Ils ont notamment dénoncé l’usage, sans cesse croissant, de l’arbitraire ainsi que  les pressions  et les menaces qui visent les défenseurs des droits de l’homme.

Par la suite, Madame Marie-Eve Bilodeau, Directrice du NDI Algérie, a exposé devant les jeunes du Rassemblement les expériences des organisations de jeunes à travers le monde. L’intervention de la responsable du NDI qui a  suscité une large discussion a notamment mis en évidence la diversité de telles organisations selon les contextes nationaux et les objectifs visés par une telle démarche.
Les travaux se sont poursuivis par un exposé sur les luttes syndicales dans le pays. Messieurs Kamal Sellam du syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Meziane Meriane, coordinateur du Syndicat national des professeurs du secondaire (SNAPEST) et Kaddour  Chouicha du syndicat des Enseignants du supérieur  (SESS), dont la communication a été présentée par Me Salah Debbouz, se sont complétés pour  animer le débat sur le thème « Syndicats autonomes : entre pressions sociales et censure politique ».
Monsieur Slimane Medhar, auteur et professeur de psychologie sociale a, dans son intervention sur la problématique de la « violence sociale en tant que vecteur du sous développement », mis en évidence l’ampleur de ce phénomène et ces  conséquences  sur la vie économique et sociale du pays.
Enfin, pour imprégner les jeunes participants des mutations régionales et mondiales,  Abdelaziz Rehabi, ancien ministre et Ahmed Adimi, universitaire, ont présenté une communication sur « la diplomatie algérienne face à la nouvelle donne géopolitique ».
Conçue comme un espace de réflexion et de travail, cette université d’été du RCD a permis aux participants d’approfondir les thématiques abordées dans cinq ateliers animés par des cadres du parti. Il a été notamment question du fonctionnement organique de notre Rassemblement,  des techniques de communication, de l’Etat unitaire régionalisé comme un moyen de libération des énergies et d’impulsion d’une synergie pour le développement du pays et la laïcité en tant que valeur civilisationnelle et instrument d’apaisement et d’organisation de la vie publique.
En conclusion des travaux de ce regroupement marqué par le libre débat et l’engouement des jeunes à soulever des questions pertinentes comme l’a si bien souligner l’un des conférenciers, en la personne de Monsieur Rehabi au sujet de la politique étrangère et des relations internationales,  les participants ont souligné les périls qui pèsent sur le devenir du pays à cause d’un système politique délétère qui a tourné le dos à la Nation. Ils ont tenu à réaffirmer leur engagement en faveur de l’alternative positive portée par la proposition de l’organisation d’une période de transition démocratique pour permettre aux Algériennes et aux Algériens de prendre leur destin en main et engager le pays dans la voie du développement et du progrès.
Souk Letnine,Béjaia
Le 18 octobre 2014
Le RCD