GHARDAÏA: Entre dérives et non-assistance à personnes en danger

29
Des informations qui nous sont parvenues de la wilaya de Ghardaïa font état du retrait des services de sécurité de la ville de Berriane au moment où les tensions sont à leur comble suite aux affrontements qui ont eu lieu la veille entre les populations et les CNS dépêchés pour réprimer un rassemblement pacifique. Pour rappel, 05 jeunes ont été interpellés par les services de sécurité le 10 octobre au soir suite à des tensions entre habitants de cette localité.
D’autres informations font état aujourd’hui d’une marche des policiers de la caserne de Sidi Abad vers la Direction de Sureté de Wilaya de Ghardaïa  où ils observent un sit-in sous les mots d’ordre de « Dholm  oua El Hogra » en solidarité avec leurs collègues de Berriane dans leur retrait des places publiques et leur refus d’assurer la sécurité des biens et des personnes.
Cette attitude si elle venait à se confirmer est d’une gravité extrême. L’opinion publique au niveau de la localité s’interroge sur les motivations réelles d’une telle démarche. Pour certains elle serait un acte de désobéissance, pour d’autres il s’agirait d’une instruction de la hiérarchie.
Le RCD déplore la dégradation extrême de la situation sécuritaire dans cette wilaya et considère que tout refus d’assurer la protection des biens et des personnes est d’abord une violation flagrante de la constitution et une non-assistance à personnes en danger. Le RCD met en garde les pouvoirs publics sur les conséquences imprévisibles d’une telle dérive.
Le RCD
Alger, le 13 octobre 2014